C’est passé vite non ?

Je ne sais pas si cela relève d’une perception individuelle de l’espace spatio-temporel, mais je trouve en ce 22 décembre (lendemain de fin du monde) que l’année 2012 a duré une fraction de seconde. J’ai fait beaucoup de choses : déménagé, écrit, traduit, repris des études (une fois de plus !), voyagé, échangé, rencontré de nouveaux clients et d’estimés collègues… Bref, l’année a été bien remplie, mais la liste des choses à faire reste longue. Comme on est en période de listes, je me suis dit que je pourrais demander au père Noël un coup de pouce pour rayer quelques-uns de mes To Dos… 

Cher père Noël,

Comme j’ai été super sage cette année, que j’ai bien traduit quelques centaines de milliers de mots en plaçant la qualité et le sens du service au cœur de ma pratique professionnelle, j’aimerais bien que tu m’offres une ou plusieurs des choses suivantes pour faciliter ma vie de traductrice, améliorer ma productivité et développer mon activité :

UNE NOUVELLE PHOTO PROFESSIONNELLE

Plusieurs personnes m’ont déjà dit que je ne ressemblais pas à la photo de mon site web. Je ne sais pas si c’est dû au fait que ma coupe de cheveux a changé (je les porte désormais mi-longs) ou que j’ai vraiment pris un coup de vieux, quoi qu’il en soit il me faut une nouvelle photo, plus claire et plus actuelle pour mettre un visage (plus ressemblant) sur Trëma. J’ai déjà pris contact avec Elodie Valmary, une photographe professionnelle dont j’apprécie beaucoup le travail, il me reste à trouver une ou deux heures de libre et quelques sous pour financer l’opération.

MOX II

Bon là je l’avoue j’ai déjà pris les devants et je me le suis acheté toute seule, mais qui peut résister à l’humour d’Alejandro Moreno-Ramos et sa vision si juste des petits travers des traducteurs et de l’univers impitoyable de leur profession ? J’ai un gros faible pour Calvo, le cynique traducteur expérimenté encourageant Mox à vendre des traductions produites par Gurgle Translate à prix d’or, et pour Mina la tortue, témoin directe de la vie de fou que mène son maître. 😉

UN AN D’ADHÉSION À L’AMERICAN TRANSLATOR ASSOCIATION (ATA)

Maintenant, que j’ai (enfin) déposé une demande d’adhésion à la SFT, j’aimerais élargir mes horizons et devenir membre d’une association internationale. Après avoir hésité entre The International Association of Professional Translators and Interpreters (IAPTI), the American Translators Association (ATA) et the Association of Translators and Interpreters of Alberta (ATIA – association professionnelle de la province canadienne dans laquelle j’ai habité), j’ai finalement choisi celle qui avait la plus grande visibilité internationale et offrait le plus de services et d’avantages à ses membres. Sans compter que je rêve d’assister un jour à la conférence annuelle de l’ATA dont le programme est toujours passionnant.

UN POSTE DE TRAVAIL À DEUX ÉCRANS

Vous le faites aussi, avouez ! Ouvrir 50 000 fenêtres en même temps, abuser du Shift+Alt et pester parce que vous ne vous y retrouvez plus. La solution : repousser les limites du bureau de votre ordinateur en travaillant sur deux écrans. Après avoir considéré des solutions bricolées et des supports plus ou moins bon marché, j’ai décidé d’investir dans un vrai double écran auquel raccorder mon portable. Efficacité sans restriction de mobilité, c’est tout ce que j’aime ! En outre, cette solution offre l’avantage d’un ensemble homogène (colorimétrie, résolution, chevauchement de fenêtres) facilitant la navigation d’un écran à l’autre en réduisant l’espace entre les deux.

UNE DEUXIÈME LIGNE POUR MON TÉLÉPHONE PORTABLE

Ma ligne professionnelle est un numéro de portable. Je suis ainsi joignable à tout moment, mais c’est aussi mon numéro personnel… un peu gênant donc si je dois le diffuser largement et pas très pro si je ne veux pas répondre « Trëma Translations, bonjour » à chaque fois que ma meilleure amie ou ma grand-mère m’appellent. Pourtant, avec Internet, je ne reçois pas énormément d’appels de clients, pas suffisamment en tout cas pour justifier un abonnement à une deuxième ligne fixe… 

Que faire donc ? La solution est en cours d’élaboration et je compte sur toi pour me l’offrir (si elle est payante) dès qu’elle sera officiellement disponible : mon opérateur téléphonique, Bouygues Telecom, vient en effet d’annoncer le lancement prochain de B.duo, un second numéro avec le même forfait, la même carte SIM et sans changer de mobile. Actuellement disponible gratuitement en version test bêta, ce service sera lancé officiellement en juin prochain.

UN BON CORRECTEUR ORTHOGRAPHIQUE EN ANGLAIS

Comme beaucoup de traducteurs, j’utilise le correcteur orthographique et grammatical Antidote pour faciliter la relecture de mon travail en français. C’est un outil très pratique qui s’intègre parfaitement à Gmail, à la plupart des navigateurs web, à MS Office et à de nombreux autres programmes (à l’exception notable de SDL Trados… regrets éternels). Mon rêve, cher père Noël, serait de trouver un équivalent d’Antidote pour l’anglais. En effet, la plupart de mes clients parlent la langue de Churchill et je ne veux pas passer pour une linguiste inepte lorsque je communique avec eux dans leur langue. J’ai étudié plusieurs options, comme Whitesmoke (logiciel payant), SpellCheckPlus (logiciel gratuit) ou Grammarly (application Internet disponible par abonnement). D’après cette petite étude de marché, Grammarly est le plus complet, mais malheureusement aussi le moins accessible financièrement. Du coup, j’apprécierais grandement un petit coup de pouce de Votre Altesse Sérénissime des fêtes de fin d’année…

Ceci clôture ma liste de Noël 2012. Ah oui, j’oubliais ! Pendant que vous y êtes, ce serait bien de vous occuper de la paix dans le monde, de la promotion de l’éducation pour tous au sein de l’Humanité et de la reconnaissance professionnelle des descendants de Saint-Jérôme. Merci !

PS : Je profite de cette lettre ouverte pour souhaiter à tous mes collègues traducteurs, lecteurs et contributeurs de ce blog, d’excellentes fêtes de fin d’année !

 

POUR ALLER PLUS LOIN

 

Photo Gaële Gagné

L'autrice

Professionnelle accréditée en commerce international et conseillère pour les PME, Gaële Gagné est devenue traductrice indépendante en 2005. Dans le cadre de son entreprise, Trëma Lingua, elle propose des services de traduction marketing et commerciale de l'anglais vers le français et partage ses connaissances en gestion d'entreprise avec ses collègues traducteurs via la plateforme Tradupreneurs.fr.

Découvrez d'autres articles

Le stage de M1 ou la fin en beauté d’une année compliquée

Le stage de M1 ou la fin en beauté d’une année compliquée

Cette semaine, Gaële et Orane me laissent la place pour que je revienne sur mon expérience de stagiaire. Qui suis-je ? Louison Douet, l’étudiante en master de traduction qui a obtenu un stage tout particulier auprès d’Orane. D’une part, à cause de la situation qui nous a contraint à maintenir la distance entre Le Mans et Lille en communiquant via Discord notamment. D’autre part, grâce à la qualité de celui-ce que je vais tâcher de vous expliquer.

lire plus
Quel avenir pour le traducteur humain ?

Quel avenir pour le traducteur humain ?

Après avoir longtemps produit des résultats incompréhensibles, voire ridicules, la traduction automatique a fait des progrès fulgurants ces dernières années. Il est donc légitime de se demander jusqu’où elle ira et s’il est judicieux de se former et de créer son activité dans un secteur voué à disparaître.

lire plus
8 conseils de traductrice pour survivre au confinement

8 conseils de traductrice pour survivre au confinement

Comme nous tous, vous êtes confiné à la maison pour donner une chance aux hôpitaux du pays d’affronter la menace du COVID-19, mais contrairement aux traducteurs qui besognent chaque jour devant leur ordinateur, vous n’avez pas l’habitude de travailler seul chez vous… Pas de panique ! Pour vous aider à affronter ces moments difficiles, voire à tirer parti de la crise, je me propose de vous livrer quelques astuces de pro.

lire plus

Pin It on Pinterest

Share This